“J’ai aidé les femmes de ma communauté à échanger le dur labeur dans les champs contre l’agréable production de miel”

L’organisation et l’union des abeilles ont inspiré Manoel Pessoa de Brito, 66 ans, de Barreiros, à créer un rucher collectif avec les femmes de sa communauté. Dans la déclaration ci-dessous, il raconte des détails sur l’expérience : « Depuis plus de trente ans, j’élève des abeilles et je m’émerveille de la répartition des tâches, de l’organisation et du sens de l’unité de ces animaux. Lorsque j’ai été relocalisé avec ma famille dans le village où nous vivons aujourd’hui, à Barreiros, sur la côte sud de Pernambuco, les conditions de vie étaient difficiles.

Après des siècles de monoculture de canne à sucre, le sol n’était pas propice à la plantation. En pensant aux moyens d’aider la communauté à collecter des fonds, j’ai mis en place le premier rucher de la colonie. J’ai réuni un groupe de voisins intéressés par l’apprentissage de l’apiculture, je suis allé à l’Université rurale fédérale de Pernambuco et j’ai demandé au professeur Renata Valéria, du département de zootechnie, de nous donner un cours pour améliorer la productivité de nos ruchers. « Si nous étions comme des abeilles, nous vivrions beaucoup mieux ․ Après une formation, de nombreuses femmes du campement ont pris goût à l’apiculture et ont commencé à remplacer le travail des champs, assez pénible, par celui de vivre du miel, plus agréable et plus rentable.

Aujourd’hui, nous partageons nos tâches : pendant qu’ils produisent et collectent le miel, je construis le matériel, conduis le tracteur, transporte les caisses d’abeilles et embouteille le miel. Cette année seulement, il y avait six autres personnes intéressées à devenir de nouveaux apiculteurs, ce qui me procure une grande joie․ J’essaie toujours de regarder ma communauté et de comprendre comment je peux contribuer. Je le fais parce que je veux que tout le monde vive bien. En retour, je reçois la joie de partager ce que je sais et l’amitié de ceux qui m’entourent. Si nous étions organisés comme des abeilles, nous vivrions beaucoup mieux et, comme Roberto Carlos l’a déjà dit dans la chanson O Progresso, nous apprendrions à être civilisés comme des animaux.

Like this post? Please share to your friends:
Leave a Reply

;-) :| :x :twisted: :smile: :shock: :sad: :roll: :razz: :oops: :o :mrgreen: :lol: :idea: :grin: :evil: :cry: :cool: :arrow: :???: :?: :!: